PIND aime

Arno Futur

PUNK’S NOT DEAD !!!

Et oui : Arno Futur, toutes griffes dehors, toujours vivant ! Il veut vous faire comprendre le sens du mot partage à grands coups de doigt dressé fièrement face aux bien-penseurs élitistes de notre espèce.

Accompagné d’Hannibal Lecter et de Dexter, Arno dissèque gastronomiquement tout ce qui nous dévore dans notre société infobèse pour nous livrer un menu qui restera en travers de la gorge de tous les adeptes du gâchis, de l’exploitation et de l’inhumanité. Maintenant, sourire repeint à l’acide, jeux de maux, claque sur le coup de soleil, l’empêcheur de penser ron-ron est de retour et défie toute la jeune scène française. Aux larmes etc…

Crédit photo François Loock

The Hyènes

Depuis 2006, The Hyènes n'a pas soufflé une seconde. Le groupe bordelais a signé la BO du film d’Albert Dupontel, "Enfermé dehors", enregistré deux albums, deux tournées, un "Bordel Tour" avec Cali, un Bd Concert "Au vent mauvais", des créations originales, de nombreuses collaborations, au total plus de 400 concerts en France, Suisse, Belgique, Espagne et même du côté de la perfide Albion de Boris Johnson.
Un nouvel album

Cet automne, The Hyènes n'entend pas en rester là, avec la sortie de « Ça s'arrête jamais » et un tour de chauffe en clubs. L'EP se compose de cinq titres, dont trois originaux, "Plus dark que Vador", ou le masochisme de la loose; "S'il avait fait beau", une sacrée chanson d'amour non-hypocrite; et "Ça s'arrête jamais", l'hymne disco rock du groupe.

Lionel Martin Mad Sax

Lionel Martin est un musicien prolixe qui multiplie les expériences et les projets. Jazzman reconnu il poursuit un chemin atypique. S’il commence le saxophone classiquement à l’école de musique à l’âge de 7 ans, ses influences vont de Sidney Bechet à John Coltrane en passant par… les Béruriers Noirs, groupe phare de la scène punk et alternative française des années 1980. Et très vite il préfère la pratique, l’improvisation. Aujourd’hui encore, il est aussi à l’aise dans les festivals internationaux qu’au coin de la rue, dans laquelle il puise une énergie sans cesse renouvelée. Encouragé dans la voie personnelle et sans compromis qu’il a choisi par des rencontres déterminantes – Steve Lacy ou encore Louis Sclavis, avec qui il a l’occasion de jouer à plusieurs reprises – il développe son trio (repéré par l’Afijma et le réseau Suivez le jazz) avec Vincent Courtois, Laurent Dehors et Francois Thuillier.

Actif sur la scène internationale, il joue à Cuba dans l’or­chestre de Luc Le Masnes au côté des saxophonistes d’Irakere… Il défend son engagement au sein du Trio Resistances (avec Bruno Tocanne et Benoit Keller). Avec le groupe uKanDanZ, groupe d’ethiojazz à l’énergie rock, il enregistre deux disques et enchaîne concerts et tournées dans le monde.

Parallèlement, Lionel Martin travaille aussi sur des formes acoustiques avec l’accordéoniste Jean-Fran­çois Baëz et le pianiste Mario Stantchev. L’écoute de son jeu par un proche du saxophoniste des Stooges Steve Mackay lui permettront aussi de participer à une tournée d’une quinzaine de date avec le groupe légendaire…

FanXoa

Carnet de la chute… libre...

Du passé, du présent, du punk, des vidéos, des lectures, des poésies, du cinéma, de la danse, des manifestations scientifiques, des expos, des rencontres...

A travers son blog "Carnet de la chute… libre", FanXoa nous livre ses souvenirs du passé, mais aussi les évènements du présent à ne pas rater.

Avec nous, suivez les récits de celui qui ne s'arrête jamais d'écrire...

La rue qui t'emmerde

Un accordéon au vitriol, une contrebassine de combat, une guitare taillée dans du bois de potence, des larmes, de la joie, de l’espoir et de la rage !

Sue Rynski

Depuis la fin des années 1970, dans sa ville natale de Detroit, Sue Rynski a photographié et vécu la scène punk. Ce statut d’insider lui accorde une position singulière, marquée par un regard qui délaisse les stéréotypes et par une vision photographique qu’elle décrit comme « active, intime, graphique, exaltante, fusionnant avec la force de la musique ». Sue réinterprète le dialogue entre art et musique en posant la question d’une visualité punk organisée autour de l’investissement dynamique du corps. Pour elle, photographier est un acte avant tout corporel, qui implique aussi bien les corps des musicien(ne)s, du public, que le sien. Le cadrage hors-champ, récurrent dans ses photographies, est l’une des traces de cet engagement direct et immersif dans une musique que l’artiste prise pour sa liberté, sa puissance, son exubérance et sa couleur. En cela, le spectateur se voit convié à une compréhension visuelle du punk conçu comme un phénomène à la fois musical, social et cinétique.

Muriel Delepont

Si le rock est musique, il est incontestablement esthétique, les photographies organiques de la photographe liégeoise Muriel Delepont, montreuilloise d’adoption, en sont un magnifique exemple.

Diplômée des Arts Décoratifs de Liège en section photographie, Muriel Delepont dit elle-même, avoir été influencée par le courant expressionnisme allemand et en particulier le courant photographique pictorialiste, né au 19è siècle, considéré comme la toute première « école de photographie artistique », et au regard de son travail, la filiation est évidente. Elle nous livre des portraits saisissants des artistes avec qui elle collabore, des photographies sombres, graineuses, denses, que cette amoureuse de l’argentine élabore dans son labo montreuillois.