Expositions

Sue Rynski — Tarbes, SMAC La Guespe

Punk is alive !

La culture punk, ses provocations et son esprit de subversion vont refaire surface à La Gespe qui va célébrer les 40 ans de son avènement. Pierre Domengès, directeur artistique de la SMAC, souligne que ce projet, qui se traduira par une exposition et deux concerts, est lié aux mémoires musicales. À travers un questionnement sur ce mouvement, il s'agit aujourd'hui de voir ce qu'il en reste. En 1976, la rupture avec la pop music et les hippies était consommée On se ralliait autour d'un seul slogan, «Do it yourself !», avec une forte revendication de liberté personnelle exprimée par une musique brute et rebelle. «Ce n'était pas seulement un mouvement social et musical», souligne ce responsable, entouré de Céline Roulet, adjointe à la culture ; Denis Crampe, adjoint au DGS de la mairie, et Jean-Claude Lucien, président de La Gespe. «Il a aussi impacté la mode, la presse et les arts graphiques». Une expo photos signée Sue Rynski sera présentée du 22 au 29 avril, à la galerie de l'Alhambra. Elle est intitulée «Punk is alive!». Son auteure, née à Detroit, vit aujourd'hui en France et montre la scène punk du XXIe siècle. «Quand j'étais jeune, se souvient Pierre Domengès, on a reçu cette musique comme quelque chose de libératoire.» Ça a été tellement fort qu'il y avait à Tarbes quatre ou cinq lieux où des groupes se produisaient: «Notamment La Chope et Le Belge faisaient le plein». Il a encore en tête Manu Chao, Pascal Obispo ou bien U2.

Le punk rock, qui a porté une respiration dans la musique, a encore de beaux jours.

22

avril 2017